Le défilé de la Dünnern

0
0
13

Mardi 28 juin 2016.

A 8 heurer 11 minute, je suis monté sur le train direction Payerne.

Destination Balsthal dans le Jura soleurois.

Pour avoir une correspondance a Oensingen ou pas tout les trains s’arrêtent il me fallait un arrét d’une demi heure sois a Payerne, sois a Yverdon.

J’en ai profité pour manger quelque chose Au restaurant magadin de la gare de Payerne ou  je connais les lieux.

Puis a huit heure suis monté sur un train pour Yverdon.

Il faisait beau.

La vue sur le Jura était dégagée.

Un beau jour en vue.

Dix minutes d’attente a Yverbon pour prendre l’ICN, train autorail de type pendulaire

Au moins sur de ne pas louper le train.

S’était au changement a Oensingen qui me faisait du souci.

Que quatre minutes et une mystérieuse voie 45.

La gare d’Oenlingen nè^étant pas si immence que ça.

Ce fut assez facile.

Il faut dire qu’au delà de  la Gare de Soleure.

Sachant que la prochaine était Oenlingen.

Mon éspris était en éveil.

Si les crétes du Jura longée par le parcours du train depuis Yverdon et  généralement un paysage assez paisible.

Tout change  a l’approche  d’Oentingen.

Ce n’est plus le Jura.

C’est les montagnes rocheuses.

Un paysage de science fiction.

Un paysage de bandes dessinée comme ou a été tourné le film.

Le seigneurs des anneaux.

Des  falaises au arrêtes verticales donnant l’impression presque d’être  sur une autre planète.

Et une ouverture dans le Jura comme un coup de couteau.

La faille dans laquelle coule la rivière Dünnern.

Le défilé de la Dünnern.

Descendu du train, je marchais dans le sous voie.

Un couloir tout droit.

Un autre partant a droite.

Je suis allé tout droit.

Droit après je marchais sur une place pavée entre le  batiment de la bamhof  Gare en allemand et la fameuse voie 45 sur vlaquelle était garré un train se type domino.

Exactement ceux qui circulent dans la Broye.

J’y ai pris place.

Il y avait peu de monde en cette mi matinée.

Peu avant onze heures.

Il est parti puis tout de suite s’est enfoncé dans cette étroit et spectaculaire vallon  pénétrant  dans le Jura entre deux falaises  pratiquement verticale.

Non avant d’avoir passé devant un premier  château dons la pierre de taille se confond avec le pierre naturelle du monticule sur lequel il repose.

Bientôt serrés entre ces falaises.

Etablissement industrielles et vois ferrées privées.

Bientôt une annonce au haut parleur.

A ce que j’ai compris.

Un prochain arrêt.

Klus.

Pour la cluse en français.

C’est par la fenêtre du train que je fit connaissance avec le château Alt Falkenstein.

Un mur en pierre de taille se confondant presque avec la falaise le portant.

Dans le dit mur plusieurs rangées de fenêtres aux contrevent a rainures oblique rouge et blanches.

Les couleurs du canton de Soleure.

Ces contrevent ainsi coloré enlevant quelque chose d’inquiétant au tout.

Puis le train est reparti.

Un second arrêt avec une vue différente du même château que je croyait que ça en était un autre.

Puis Balsthal.

Gare terminus.

Il fut dit dans le haut parleur quelque chose correspondant a.

Gare terminus.

Tout le monde descend SVP.

Il était un peu plus de onze heures.

Balstal.

Le point le plus bas d’un vallon fermé allant  d’est en ouest comme il  y en a dans les sites jurassiens faisant une étoile a cinq branches avec deux cluses partant au nord et une au sud en direction du plateau suisse de seulement trois kilomètres jouant ainsi le rôle d’évacuateur d’eau.

Déjà sous l’empire romain une route y passais reliant Aventicum.

Actuellement Avenche

A kaiserhaugs sur le Rhin.

Place forte aux limite de l’empire.

Plus tard.

Au moyen age.

Les seigneurs des lieux.

La famille Falhkenstein s’enrichissait en rançonnant allègrement les marchands faisant trafic entre le plateau suisse.

Olten Soleure Languental, Lucerne, Zug.  peut être Berne et Zurich.

Et la Raurrassie.

Bâle, Mulhouse , Fribourg en Brisgaux.

C’est fou ce qu’on peu apprendre sur Internét.

Bref.

Pour le moment.

Je suis venu jusque là.

Pour y faire quoi.

Vers la gare Deux bus jaune de la poste.

Des destinations me disant rien.

J’était dans une petite  ville occupant toute la place dans un vallon entouré de fallaises comme la cluse y mennant.

Ne sachant pas ou je voulais aller.

Aucun chemin n’était le bon.

A pare Oentingen aucune indication du tourisme pédestre ne me disait quelque chose.

Don que aller tranquillement prendre le train a Oentingen.

Se que j’ai fait.

Je marchais dans une petite rue en zone villa parallèle a la falaise sud a ma gauche..

Devant moi, se confondant avec la roche de la falaise.

Comme un véritable nid d’aigle.

Le  Château  Alt Fakenstein qui sans ses contre vent rouge et blanc couleur du canton de Soleure aurait tout de Dracula le mort vivant.

Chaque pas que je faisais me rapprochait de ce monstre que normalement je voyais selon une perspective différente.

Une chose incroyable.

Même tout prés de cet édifice, difficile pour moi de me rendre  compte en regardant en hauteur qu’il est situé dans l’angle entre le vallon et la cluse permettant la sortie de l’eau de ce dernier.

Mais quelque chose de bizard.

La ruelle abouti en angle droit sur une route a grande circulation..

Parallèle a la route mais pas tout prés.

La voie de chemin de fer.

La gare ou le train s’est arrêté juste en face de ce chateau.

Thalbruche.

J’étais a l’entrée de la cluse.

Mais ce qui pour moi était ennuyeux.

A force de guigner partout

J’avais perdu la piste du tourisme pédestre.

En suivant la route je devais arriver a Oensingen

pour le moment La route avait un trottoir a gauche et  deux pistes cyclable, une dans chaque sens a droite.

Mais plus loin.

La grande question,

A a peine cinq cent mètre  De la gare de Thalbruche a celle de Klus.

Il fait dire que dans ce corridor entre deux falaises des bâtiments logements et industrielles  partout.

La ville de Balstal Débordant dans cette cluse.

La vue impressionnante du château Alt Falkenstein, toujours lui comme je l’ai vue depuis sur le train.

La route étant a une altitude de bien quant ou cinq mètre plus haut que la voie ferrée une ruelle en contour y descendait. puis traversait le rail par un passage gardé  et la riviére au fond du vallon pour accéder a une large cour au dela de laquelle un batiment industriéle avec moderne avec l,inscription.

Von-Roll.

La grosse boite de l’acier

Il semblait que je n’avais rien a faire là bas.

Ai fait demi tour puis continué a suivre la route sur la piste cyclable.

Le trottoir étant supprimé plus bas que la gare de Klus.

Quelques centaines de mètre plus bas.

Route et rail étant au même niveau.

Et tout prés l’un de l’autre.

Un second passage a niveau.

Pour moi un souci.

Trouver une place pour m’asseoir et manger un morceau.

Faute de banc ai trouvé un mur de soutènement .

Juste la bonne hauteur pour s’assoir

Et ai déballé pour manger.

J’ai eu tout loisir de regarder le paysage assez restreint il est vrai.

Et les activités humaines.

Devant moi un espace libre.

Une place pour véhicule routiers traversée par une voie férrée a niveau de sol pour que les véhicule routiers puissent rouler, comme c’est le cas sur les passages a niveaux.

Cette voie férrée .

Une dévestiture industrielle provenant de la ligne Oensingen Balsthal passant juste derrière moi allant a ma droite dans un contest Bétonneuse ou autre machine  géante en plein air plus bâtiment avec l’incription.

Marti tunnel AG.

AG  étant l’équivalent allemand de SA pour société anonyme.

A ma gauche.

A ma droite un rideau forestier traversant la cluse.

Ce qui donnait un aspect pas trop minéral en ces lieux.

Au fond de cette cour ou surement coule la Dünnern des fléchettes jaunes du tourisme pédestre.

J’aurais pu profiter, mais en ai pas eu l’idée.

Un Camion semi remorque lourd était reculé au fond de cette cour.

Un homme  en prenant des positions pas des plus confortable semblait faire une réparation entre la sabine et la remorque.

En une demi heure que je suis resté sur ce muret, plusieurs fois il est allé, je pense chercher  des pièces dans ce que je pense être un dépôt par ce que je pense être une passerelle au delà de la rivière.

Puis j’ai continué mon chemin.

Toujours le long de cette route, sur cette piste cyclable.

Je voyais que j¨était a la fin de la cluse, car devant il n’y avait plus de falaise.

Un moment la circulation très chargée a treize heure s’est bloquée.

Un train a passé et j’ai vu des barrière se lever plus en avant.

Un passage a niveau.

Un moment plus tard, j’y étais.

Une bifurcation.

Une route continuant a suivre la voir ferrée et une  autre traversant la voie.

Une autre a droite par le passage a niveau.

Comme au  dela de ce passage, plus rien de piste cyclable et le gros de la circulation y passant.

La meilleure solution pour moi, le passage a niveau.

Plus rien d’entreprise.

Au delà du passage la rase campagne, ou presque.

Une auberge avec sur le pignon l’inscription,

Klus Réstaurant.

Une de ces ferme restaurant du temps des transport hypomobile qui donnait gite et restauration aux humain et aux chevaux.

Une débridée. ou on soulager les chevaux de leur harnachement avant de mètre a table.

Une entreprise qui a su évolué car un restaurant y est encore ouvert.

Juste avant ce bâtiment  une indication.

Non du tourisme pédestre.

Mais du tourisme cycliste.

Prendre le chemin partant juste avant le restaurant et allant paraleilement a route principale et voie ferrée a une trentaine de mètres de distance a ma gauche.

A ma droite, une forét bouchant la vue.

Et tout la bas en avant un pont enjambant route et voie férée.

Mon chemin a passé  sur se pont.

J’était en dehors de la cluse et du Jura.

Sur ma gauche le premier château fantôme a la couleur se confondant avec celle de la pierre naturelle.

Celui que j’ai aperçu depuis sur le train de Balsthal.

A ma droite.

Un piton rocheux de  bien cinquante mètres de haut aux falaises verticales.

Comme un gros cylindre de pierres.

Avec a son sommet une foret de sapins.

Une tour naturelle donnant l’ambiance du film.

Le seigneur des anneaux.

J’étais a Oensingen.

Le tout, a présent trouver la gare.

Un zig zag qui m’éloignait de cette dernière.

Puis arrivée sur la route principale parallèle au Jura.

Après un bous de marche.

Devant moi, les barrière levée d’un passage a niveau.

La ligne de Balsthal.

 Ce fut assez facile.

Il ne me restait qu’a traverser la route au premier passage pour piétons et prendre une rue a gauche avant la voie ferrée.

Ce que j’ai fait.

Une ruelle Aboutissant a une butte porteuse d’une conduite électrique pour le rail.

Caténaire.

Ou bien je ne sais pas comment.

Un trou avale étant surement un tunnel pour piétons dans la butte.

Il s’agissant surement de la ligne  Soleure Olten passant par la gare Oensingen.

La gare n’étant donc pas loin.

Une fléchette du tourisme pédestre avec le dessin d’une locomotive a l’entrée d’une ruelle.

Un moment plus tard. J’était a la gare.

Sur le pavé du fameux quai 45.

Sortant du sous voie.

Une immense course d’école.

dans les 150 élèves sous la conduite de 15 institutrices.

Des dix a douze ans aligné par rangs de deux .

D’où venait ils pour être si nombreux.

Berne, Zurich  ou Lucerne.

Il n’était que quatorze heures.

Puis ce fut le retour a la maison.

FIN

  • Marches Geneve Aeroport – La Plaine Commune de dardagny

    Jeudi 27 Aout 2009,parti de la gare de Grange Marnand a 07,45 heures, ciel dégagé,arivée a…
  • Demain le train

    Mardi sept mai. peu avant Neuf heures du matin. Avec huit autres passagers, j’attend…
  • Teufen ZU Tösseg, Eglisaux

    Vendredi 22 mars 2018. Huit heures du matin Gare de Granges Marnand. J’attendais le train.…
  • L’erreur

    Je suis contrarié. Je voulais écrire le présent article sous le titre. L’estuaire de…
Charger d'autres articles liés
  • Demain le train

    Mardi sept mai. peu avant Neuf heures du matin. Avec huit autres passagers, j’attend…
  • Teufen ZU Tösseg, Eglisaux

    Vendredi 22 mars 2018. Huit heures du matin Gare de Granges Marnand. J’attendais le train.…
  • L’erreur

    Je suis contrarié. Je voulais écrire le présent article sous le titre. L’estuaire de…
Charger d'autres écrits par jean-louis
  • Vigne dormante

    Le vingt deux février deux mille dix neuf. Gare de Granges-Marnand. Un peu plus de dix heu…
  • De Cuarny a Yverdon gare

    Suite de. En bus jusqu’a Cuarny. Treize heures sonné. Le bus venait de traverser le …
  • En bus jusqu’a Cuarny

    Mercredi 14 novembre 2018. Midi. Gare de Granges-Marnand J’atendais un problématique…
Charger d'autres écrits dans tourisme pedestre. marche que j,ai faite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

L’erreur

Je suis contrarié. Je voulais écrire le présent article sous le titre. L’estuaire de…